Du Très Beau et du Hummm Très Beau

Aujourd’hui je vais vous parler de deux expériences de dessin consécutives et radicalement différentes. On commence par le soft : Je désespérais depuis longtemps de choper une place dans l’une des séances parisiennes du Dr Sketchy (suivez le lien pour savoir de quoi il retourne). Une séance de dessin avec du modèle vivant dedans, mais en costume chatoyant et ébouriffant dans une ambiance trop sympa. Un rêve pour tout dessineux qui se respecte, parce qu’il ne s’agit pas que de l’académique mais aussi de rêve et d’inspiration mis en scène pour nos crayons. Et…. ah sacré Univers qui a une oreille bien tendue de mon côté, j’ai eu une place !! (et une place de parking juste devant le lieu du show, mais ça n’a rien à voir, ça fait juste plaisir au passage).

J’arrive presque pile à l’heure au Musée Henner à Paris et je suis accueillie par de charmantes jeunes filles à l’entrée. Rien que le lieu déjà, ça donne envie de chuchoter et d’ouvrir grand les yeux. Nous sommes installés dans une grande salle du musée, éclairée par une verrière au-dessus de nos têtes, avec une scène au bout devant une belle cheminée. Le décor est posé, le thème de ce soir est « Au bonheur des dames » d’après le roman d’Emile Zola. Nous avons des tentures magnifiques, des réclames pour des corsets, des châteaux à plumes et de splendides corsets exposés comme si nous étions 30127803_10156330934759846_6599741189069471744_odans ce fameux magasin d’époque (et j’adoooore les corsets). Les premiers arrivés remplissent déjà les 4 premiers rangs de chaises en bois (d’époque aussi ?), et je m’installe à l’arrière, entre deux rangées de dos. Je ne vois pas le bas de la scène, mais ça devrait faire l’affaire. Question ambiance, on zappe le côté festif ou la connivence entre aficionados du crayon, tout le monde est calme, installe son carnet ou commence déjà à crayonner le décor, on va donc se la jouer studieuse.

Après le petit mot d’accueil de l’organisatrice, les deux premiers modèles arrivent, s’installent et prennent la pose. Il s’agit là de reproduire le moment où la dame de qualité est prise la main dans le sac par une petite vendeuse en train de voler un article. Les 20180405_193207.jpgcrayons s’activent, certains ont sorti l’aquarelle, on n’a que 5 minutes de pose avant que ça ne change de position. Bon… je me dis que c’est l’échauffement, donc normal que ça soit court, mais ces magnifiques costumes bourrés de dentelles, c’est quand même frustrant de ne pas pouvoir les détailler proprement.

Les poses s’enchainent, rythmées par de la musique tanto rétro tanto contemporaine plutôt rock, et ça transpire à grosses gouttes sur les carnets. Deux autres modèles arrivent, en costume de riches clientes, et là c’est une scène de « jour de solde » qui se joue sous nos crayons. Toujours 5 minutes de poses et la frustration qui grandit de ne pas pouvoir achever ne serait-ce qu’un personnage en entier avec au moins un peu de détail. Déjà au cours du vendredi, on n’a qu’un seul modèle et on peine à le traiter en 10 minutes, mais 2 c’est mission impossible (en tout cas pour moi). L’échauffement commence à porter un peu ses fruits, j’arrive à poser au moins le deuxième personnage en traits grossiers.

29793358_10156330934054846_4144644230913982464_oDeux autres modèles, robes et chapeaux à couper le souffle, remplacent les précédentes et cette fois-ci on nous annonce 10 minutes de pose… Je change d’outil et tente le pinceau à réservoir et le graphite compacté. 20180407_181542.jpgJ’ai découvert ça il y a quelques jours seulement, donc je ne suis pas sûre de pouvoir le maîtriser suffisamment pour dessiner en si peu de temps, mais tant pis. Et là c’est la magie, je gagne en rapidité, le graphite liquéfié à l’eau rend les aplats plus rapides et plus fluides, ça me laisse du temps en rab pour mieux appréhender les visages et quelques détails. J’ai l’impression d’être en plein marathon. La séance s’achève, (attention je défiltre le langage) j’ai super mal au cul à force d’être scotchée sur cette chaise en bois !! J’ai l’impression que c’est passé à la vitesse de l’éclair et qu’on n’en est qu’au début. Mais non, tout le monde lève le camp et s’en va sans même discuter un peu ou se montrer les dessins. Un peu déçue par rapport à ce que j’avais imaginé comme ambiance (comme quoi ce qu’il y a sur youtube….), je suis quand même ravie d’avoir pu vivre cette expérience. J’ai mon billet pour une séance à Sydney cet été (ouais bande de jaloux, je vais en Australie les gars !) et à priori l’expérience promet d’être encore plus excitante (avec de beaux fauteuils Chesterfield dans un ancien café-théâtre, il y a moyen de soigner un peu mon postérieur).

Mes dessins des poses de 10 mn :
20180407_182140.jpg20180407_182207.jpg
20180407_182235.jpg20180407_182302.jpg
20180407_182320.jpg

 20180407_182106.jpgLe lendemain, je vais à mon cours de dessin du vendredi soir avec Charlotte. Ah c’est toujours un plaisir de la retrouver ! Cette fois, le cours porte sur l’étude des jambes (et par extension du fessier…). Petit cours théorique au tableau où les noms des muscles, tendons et os, me traversent le cerveau en y laissant, je l’avoue, que peu de traces (pas grave j’ai tout noté). Alors là, tu comprends pourquoi, à chaque fois que tu dessines un homme, il a l’air d’avoir un corps efféminé, c’est tout connement parce qu’on n’est pas foutus pareils ! (ok ok ce n’est pas une découverte pour moi rassurez-vous, je suis quand même maman d’un grand fiston, donc je sais comment ça marche).

L’os là qui dépasse, recouvert de gras chez les filles, pas chez les hommes qui l’ont ailleurs toussa toussa…. Bon ok mais quelles gambettes allons-nous étudier ce soir ? Celles de Cyril qui arrive, tout joyeux, dansant plus que marchant dans l’atelier (normal, il est danseur). Sans vouloir offenser les modèles que nous avons eu jusqu’ici, je dois dire que je suis plutôt ravie… et en un clin d’œil le voilà tout nu ! J’ai une pensée amusée pour Julie, assise en face de moi de l’autre côté du modèle. Nous avons récemment découvert toutes les deux que nous étions collègues de boulot et élèves dans le même cours du vendredi ! Le fait qu’on ait passé tout ce temps sans se reconnaitre est assez étrange et amusant, mais imaginez maintenant nos conversations à la machine à café, parlant de nos dessins de fesses…..

Alors voilà Cyril, je suis ravie d’avoir pu dessiner ton « vaste externe », ton « grand couturier » et l’ombre sous ton « trochanter », mais même si les artistes/dessinateurs ont un regard clinique sur leur modèle, j’avoue avoir remercié profondément en pensée Charlotte de nous avoir abreuvé de thermes techniques et médicaux pour nous focaliser sur la construction et les hachures de tes cuisses…. Sinon j’aurais bien été tentée de te croquer autrement qu’avec un crayon !
20180406_214952.jpg

Le prochain cours sera sur la morphologie des pieds… Il y a des fétichistes dans la salle ?

 

Publicités

Petits délires

Il y a des fois, je me dis que certains doivent penser que je n’ai pas la lumière à tous les étages. Je vous rassure, c’est totalement…. vrai et assumé !
Avant de reprendre le pinceau et des choses plus sérieuses, je me suis amusée à griffonner un peu le crayon…

Quand mes vedettes m’accompagnent… (mais juste dans ma tête):
On a André Manoukian au clavier
piano de dédé
Sting dans la rue
artist in paris
China Moses sous la douche
chante sous la douche
Les Corrs dans l’ascenceur
live in elevator
Aller, ne me jetez pas la pierre, Pierre! Je suis sûre que vous faites pareil de temps en temps 😉

Il suffit d’un cheveu

« La chance, c’est attraper un cheveu dans un courant d’air avec deux doigts. C’est vous dire s’il faut être à l’affût ! »

Cette petite phrase, c’est ce qu’André Manoukian a dit sur la scène de l’auditorium Dispan de Floran à L’Haÿ les Roses (94), samedi 10 février pendant un concert commun avec China Moses. Ohhh que cette phrase me parle ! Tu veux que je te raconte ? Alleeeeer, si tu es en train de me lire c’est que tu ne vas pas te faire prier !

La première brise: le 30 septembre 2017, ma copine Nadjine m’avait convaincue d’aller

20170930_000343

voir en concert une chanteuse que je ne connaissais pas : China Moses. Elle n’a finalement pas pu venir (Nadjine), mais j’avais le billet dans la main et c’était dans ma ville alors bon…
J’y vais quand même, et là, c’est le coup de foudre total pour la voix, la personnalité lumineuse, le groove, la totale. A la fin du concert, pendant la dédicace, je demande à la gente dame sa permission de lui peindre son portrait (accordée!).

Je rentre chez moi sur mon petit nuage, je mets les albums de China à tourner en boucle dans l’atelier, et j’attrape mes pinceaux (je raccourcis la timeline, sinon tu t’endors je le vois bien). J’ai bien transpiré dessus et le résultat me plait. A priori, il a l’air de beaucoup plaire à tous ceux à qui je l’ai montré, c’est plutôt encourageant ! Fidèle à ma parole donnée, j’envoie une photo du tableau à l’adresse mail indiquée à l’arrière du CD dédicacé (espérant une réponse genre extatique, j’avoue).

china3Je me positionne dans le sens du vent: N’ayant pas eu de retour à ma missive (elle doit bien être occupée la dame, agenda de ministre pour le moins, alors je ne m’en formalise pas), je poste la photo sur Facebook, et surtout sur Instagram où je la vois très active, en la taguant au passage dans la description.

Je n’ai pas eu plus de succès avec les réseaux sociaux. Bah, pas grave, l’important c’est que je me sois éclatée sur ce sujet superbe, à revivre ce super concert et cette rencontre incroyable. J’espère qu’elle fera des heureux plus tard, à apporter de bonnes vibes dans le salon de ceux qui vont l’adopter. Mais j’hésite encore à la mettre en vente.

De la brise au souffle de vent: Début Janvier, je retrouve mes copains de Graffiti groupe vocal, ceux avec qui je chantais fut un temps pas si lointain, et que j’ai du « abandonner » (le chant, pas les potes) pour me consacrer pleinement à la peinture en professionnel. On a passé une soirée vraiment géniale à rigoler, manger, chanter et boire (en toute -keufkeuf- modération bien sûr). Là, ils me disent qu’ils vont faire un concert-apéro le 10 février, à l’auditorium de L’Haÿ, juste avant le concert de China Moses et André Manoukian. Whaaaatttt ????? Ne serait-ce donc pas là l’occasion de dinguo de revoir en chair et en song ma chanteuse préférée et lui offrir mon humble croûte ? Doublé d’une occasion supplémentaire de voir mes potes chanter, qui plus est ! 10 Février, Auditorium Dispan de Floran à L’Haÿ, 18h30, souligné en rouge dans l’agenda hop !

Les yeux grands ouverts, les doigts en position: Voilà le samedi tant attendu, j’emballe soigneusement le portrait de ma vedette, je prévois un sac suffisamment grand pour qu’elle puisse l’emporter, une réserve de cartes de visite dans la poche et hop on est parti! Je retrouve avec plaisir mes copains qui s’échauffent dans le hall de l’auditorium (et je fredonne les paroles avec eux distrétos…. qu’est-ce que ça me manque!) et peu de temps après, China Moses arrive.

Emmitouflée dans son manteau et son écharpe, elle s’arrête pour les écouter, grand 20180210_192902sourire aux lèvres, puis sort son smartphone et les filme ! (yaaaahhhh trop fier des Graffs !). La chanson se termine, elle vient saluer chacun avec une bise (franchement, tu en connais beaucoup des célébrités qui font ça toi ?). J’interviens pour lui demander si elle veut bien poser avec eux pour une photo de groupe et clic clac merci le smartphone. Laure s’agite à côté « méééé montre lui la surprise allléééééé », « quelle surprise ? » dit China. (ouch! c’est le moment de ma réplique là, aller hop on lâche les filtres, la timidité et tutti quanti). Je sors donc mon offrande, c’est le moment de vérité et…. « wouaw il est très beau !! Merci beaucoup !! je vais l’offrir à ma mère, elle va l’adorer ». Ok il n’en fallait pas plus que cette petite phrase pour me satelliser ! Sa mère, pour mémoire, c’est la grande chanteuse Deedee Bridgwater. 20180210_193022Tu imagines mon oeuvre dans le salon de cette immense vedette, et que sa fille, vedette itoo, a aimé mon travail ? Eh beh ça c’est de la belle récompense !

J’ai attrapé un cheveux dans le vent ! Et ce n’est pas fini…

La chanteuse s’esquive ensuite pour rejoindre les loges, en haut d’un escalier au dessus de la salle de danse, à l’arrière de la scène. Je suis le mouvement des copains qui vont terminer de se préparer dans la salle de danse avant le concert-apéro. Quelques minutes plus tard, je croise André Manoukian qui est descendu des loges. Il me demande si c’est moi qui a fait le tableau, me complimente et dit qu’il est jaloux !

Attention il y a un deuxième cheveux qui arrive: Rouge pivoine et grisée par ce début de soirée sous les meilleurs hospices, je me lance (j’ai l’impression d’avoir picolé sans avoir bu !) et je lui dis qu’avec sa permission, je ferais également son portrait à partir de photos et que je la lui enverrai par mail. 20180210_195559Ah et puis tant qu’à faire, « ça vous intéresserait du live-painting pendant l’un de vos concerts ? » Le temps que je réalise l’énormité de ma proposition, il avait ma carte dans sa poche et le maire de L’Haÿ, qui passait par là, nous prenait tous les deux en photo. La proposition et le tableau l’intéressent, j’ai son email écrit sur un bout de papier ! Chopé le tif !

EPSON MFP imageUne mèche dans la main: Eh non ce n’est pas fini ! Le maire et le directeur de l’auditorium discutent maintenant avec moi. Le premier aime beaucoup mon travail (tableaux montrés sur mon smartphone aux deux) et demande au second qu’il contacte la nana de la comm de la ville pour faire un article sur moi dans le magazine de la ville (ah mais pas de problème, quand vous voulvoul les gars!). Le second me dit que mes tableaux sont en complète raisonnance avec l’activité de l’auditorium et me demande si on pourrait faire une expo dans le hall d’entrée (genre, tu crois vraiment que je vais refuser ça ?????!!!!). Il renchéri:  » et votre proposition de live-painting ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, donc si c’est possible de le faire ici, moi je suis preneur ». N’en jetez plus, je viens d’exploser mes bottes, j’ai le visage tout fondu tellement il a chauffé.

Au moment où j’écris, il s’est passé quelques jours, j’ai chopé un torticolis à force de m’agiter dans tous les sens, j’ai soûlé la moitié (non les trois quarts en fait) de mon entourage en leur fourrant les photos sous le pif, et je ne suis toujours pas redescendue de mon nuage. Je suis bien consciente que, outre le plaisir qu’un de mes tableaux à procuré à une belle chanteuse connue, la reconnaissance de mon travail par une autre star et des personnalités de L’Haÿ, il n’y a pour l’instant rien de concret encore. Mais ce sont des petites graines semées…. et j’ai l’œil aux aguets, le nez au vent, à scruter le passage du prochain cheveux. Vibrez positif les amis, l’univers vous le rend augmenté !

EPSON MFP image

A la diète !

J’ai découvert un peu par hasard les albums de Hugh Laurie. Tout le monde connait cet excellent acteur britannique, et j’ai été avant tout une fan de Dr House (les anti-héros ça me fait triper!). Et là, surprise, ce Jazz Nouvelle Orléans couplé à cette voix, waouw ! Ses deux albums « Let them talk » et « Didn’t it rain » se mettent à tourner en boucle dans l’atelier.

La musique est ma première source d’inspiration parce qu’elle m’accompagne tout au long de la journée depuis que je suis toute petite. Donc forcément, l’idée de peindre le portrait de Hugh (prononcé « Youh » ça ne fait pas terrible en français) commence à me trottiner dans la tête sévèrement. Ayant eu ma première toile vendue sur Arsper, un site à grande audience, je me suis dit que là il vaudrait mieux que je prenne mes précautions pour éviter de finir au tribunal avec un procès pour violation du droit à l’image. Je fouille le net et je trouve l’adresse mail de l’agent artistique de Youh-Hugh. Pof un petit mail tout gentil et, contre toute attente, Pof! une réponse

tumblr_lyvty3MLVs1qa5hc8o1_500
deux jours plus tard me disant « you’re wellcome to paint Youh of course! ». Je savoure ma veine, parce que ça ne me semblait pas si « of course » que ça au départ, et je me mets au boulot.

Seulement voilà, le fond de la toile s’étale « crème » sur la toile, mais quand j’attaque le portrait….. Je trouve qu’il ressemble plus à José Garcia (sans vouloir te vexer José) qu’à mon musicien-acteur préféré…. Je corrige comme je peux, j’allonge le visage…. Il y a du mieux, ça lui ressemble plus, mais ce n’est pas encore lui… peut être bien qu’il lui reste encore quelques kilos en trop sur la tronche par rapport à l’original.

b2b47ccafb0928e67344a3973c43a2a5
20180106_202334

Problème: mon fond est clair, le portrait est fait avec de la peinture acrylique foncée qui a bien séché maintenant… impossible d’en retirer sans tout saloper. C’est lui mais ce n’est pas tout à fait lui. Je demande l’avis de la famille, le coup de fil à un ami, je grille un jocker ou deux… rien à faire, il va falloir que je le refasse. Je lui ai trop tassé la tête à la verticale et c’est impossible à rattraper. C’est mon dernier mot Jean-Pierre !

J’aurais pu… le laisser comme ça et prétendre que c’est juste un pianiste anonyme. Oui mais non. Le perfectionnisme c’est très chiant, ça t’empêche d’être fainéant ! Nan mais imagine un peu la tête du pauvre Hugh

got-scream
en voyant la photo du portrait que j’ai fait ? Shame on me !! Surtout qu’il y a déjà quantité de portraits de lui qui traîne sur internet, il s’agit là d’en faire un tableau vendable, et qui se démarque des crayonnés les plus aboutis des artistes amateurs. Alors oust Youh ! Il est temps de recouvrir la toile de Gesso et de trouver un autre angle d’attaque.
Aller hop ! Au régime Hugh !

zesheep au regim2

Le lapin dans les phares du crobard

Deuxième  cours morpho-dessin, cette fois-ci c’est le détail au programme : les yeux, le nez, la bouche. On s’imagine que quand on fait déjà du portrait ça va de soi, mais pas du tout. Moi je le fais à l’instinct, comme je le vois, et je peine le plus souvent parce que le rendu n’est pas exact dès le départ.

Il suffisait d’attendre ce cours pour qu’Eureka point le bout de son nez ! Et voilà 20180127_112445comment on part de formes géométriques pour placer la forme générale au bon endroit et éviter que mon personnage ne ressemble à Bozo le Clown… qui louche… avec une bouche de fille.

Donc on part de là… Et comme Robert est parti rejoindre Pamela à son cours d’Aquaponey, ce sont les élèves présents qui se dessinent entre eux. (Pression pression) Est-ce que Gérard en face de moi va reconnaître son œil ? (pas de panique, il a retiré ses lunettes pour la pose, ça devrait passer sur un malentendu visuel).

20180127_112410Le rond servant à mesurer les distances du bout du nez apparaît sur les croquis de quasiment tous les élèves… Mathieu (remplaçant Charlotte qui couve sa grippe la pauvre) me lance un « tu triches, on ne fait pas figurer les traits de construction là! On fait du dessin d’observation ».

Je couvre le « rond de bout d’nez » par des petites hachures d’ombres vite fait et lance « mais non tu n’as rien vu, je n’ai rien fait, c’est une idée de tes sens abusés ». Arf ! Il rigole et passe à la suivante (qui s’était empressée de choper sa gomme).

L’étape suivante concerne le yeux, et même topo sur les formes géométriques… Globe 20180127_112359oculaire, glande lacrymale, proéminence de l’arcade sourcilière qui plonge dans la cavité de l’orbite (et ronds, et ronds, petit patapon). On enchaîne avec la forme de la bouche (oh encore des ronds!) et en deux rangées, on se dessine mutuellement l’un après l’autre… 5 minutes à chaque fois, pas une de plus, Mathieu chronomètre (qui a dit que le dessin ça détend ?).

Il passe à nouveau près de moi et je lève mon crayon, qui avait légèrement esquissé des petits cercles… « j’ai dessiné les ronds, je vais me faire virer ? » mouahaha bon ok aller je reste, merci Mathieu.

Le plus inattendu dans ce cours, c’est de se retrouver d’un seul coup à la place du modèle et ce n’est pas une mince affaire contrairement à ce que qu’on pourrait penser. Avez-vous déjà eu la sensation d’être comme un lapin pris dans les phares d’une voiture ? Ou d’avoir un verre d’eau posé en équilibre sur la tête ? Essayez de tenir le verre sansEPSON MFP image prendre une douche pendant 5 minutes… c’est trèèèèès long !

Parce que c’est pas le tout, mais votre vis-à-vis a besoin de voir votre œil et prendre ses repères, donc on fixe un point et ça devient votre point d’accroche de survie. Oui tu as le droit de respirer, mais si tu pouvais cliquer des yeux seulement quand, dans le coin du champs de vision, tu vois Gérard baisser le nez sur son crobard, c’est encore mieux.

On passe au nez ? Oui oui même topo, tu peux cliquer des yeux et regarder ce que tu veux, mais ton nez ne bouge pas d’un iota, même si une odeur suspect vient te prendre le coin de la narine droite. C’est généralement à ce moment là que te viens une furieuse envie de te gratter le nez…

20180127_112429La bouche ? Ah pas mieux ma bonne dame! Résiste donc à l’envie de sourire ou carrément rigoler quand l’autre en face sort une grosse connerie bien marrante….

A la fin du cours, Robert, hier perché sur son estrade devant nous, se trouve là haut sur le pied d’estale que je viens de lui dresser dans mon esprit. A moins d’être maître yoghi, c’est quand même un sacré challenge d’être modèle.

 

Vous avez des questions, vous voulez en savoir plus sur le croquis, vous souhaitez un autographe de Robert ? Lâchez vos commentaires !

 

Retour à l’école

Un artiste est quelqu’un de nature curieuse. En tant que tel, je considère donc que j’ai toujours quelque chose à apprendre, d’autant plus que je suis autodidacte. Internet a été mon maître pendant des années, j’ai fait un stage de deux jours sur le portrait au pastel, mais voilà. Ce sont l’observation et les tutos qui m’ont guidé jusqu’ici.

Alors, en début d’année je me suis décidée à prendre des cours du soir: module « dessin et morphologie d’après modèle vivant », orchestré par une artiste issue des Beaux Arts de Paris, Charlotte Salvanès

Vendredi 12 janvier, premier cours et prise de contact, la révélation ! Oui j’ai effectivement encore plein de choses à apprendre et nom de Zeus c’est passionnant ! Et rassurant aussi de constater que j’avais instinctivement compris déjà plein de choses sur la pose des valeurs (ombres/lumières), renforcé par les gentils compliments de Charlotte.

26230213_569513036718934_3841605494944971881_n

3 minutes de construction

Elle est super cette prof, accueillante, chaleureuse, pédagogue… Je sens qu’on va passer de bons moments ensemble. Les autres élèves sont aussi très sympas, et ça papote et ça rigole pendant les 10 minutes de pauses, entre deux tirages de langue sur nos dessins.

Sujet du cours: la technique des hachures. Je ne vous gonfle pas à vous refaire le cours, ce n’est pas le but, mais en gros, on apprend comment la trame des hachures (parallèles et à 45°) organisent les valeurs sur le dessin.

L’outil utilisé est important aussi, plus de risque de se planter avec un stylo ou un feutre qu’avec une mine graphite un peu molle (les erreurs se voient moins). On passe en revue les grands maîtres de l’histoire et leur croquis préparatoires pour leurs toiles (eh oui, il n’y avait pas de photos sur internet à l’époque), et on se met au boulot. Je vous recommande au passage les croquis de Dhurer qui sont juste splendides !

26815070_569513040052267_4814181053087426781_n

30 minute de pose profil

Robert s’installe (Paméla Anderson avait Aquaponey et n’a pas pu venir), pose de 3 minutes pour se « chauffer » le muscle main-œil (les artistes ont un muscle en plus vous le saviez ? Eheh). Ouch c’est dur, c’est rapide, c’est le stress et je perds mes moyens !

26231642_569513043385600_6495144765274918052_n

30 mn de pose

Charlotte passe, et de sa voix toute douce, m’explique un truc ou deux de structure, et me voilà calmée et le muscle main-œil chauffé. Robert est un modèle « graphiquement intéressant » car ses traits marqués et sa grosse moustache sont autant de repères pour placer les traits de construction du visage. Voilà pourquoi une personne adulte est plus facile à dessiner que les jeunes enfants… Elle m’éclate cette moustache, on pourrait y cacher un nid de coucous suisses tellement elle est épaisse.

Vous avez des questions ? vous avez envie d’aborder un sujet dessin, art, vie d’artiste, autre avec moi ? Alors shooter moi un petit message sur l’onglet « Contact », je vous répondrais très vite !image2018-01-22-125610-2

Créer sa déco de blog c’est du taf!

Voilà, je voulais essayer de faire une vidéo en live sur FaceBook et comme je n’ai filmé que le moment où j’essayais de couper la vidéo…. 9 secondes de live poubelle 😀 alors on change d’optique et on fait plus classique, j’ai filmé mon gribouillage du midi.

L’intention était de faire mon petit logo de blog, sauf qu’avec le stress de la vidéo, je n’ai pas trouvé mon résultat très concluant. J’ai attendu d’être un peu plus tranquille pour le refaire.

En attendant si vous l’avez loupé, voilà la vidéo :

https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FSylvieMagninArt%2Fvideos%2F572420266428211%2F&show_text=0&width=846

 

Laissez moi vos commentaires ou questions, je serais ravie d’y répondre, voir d’en faire un article !

Bizatous